Accueil > Questions > Histoire
tintin

Qui sont les auteurs de la bible?

Comment on a écrit la bible?pourquoi ce n'est pas tout le monde qui peut écrire(y mettre sa part) la bible? pouvez vous citer les auteurs de celle-ci?


5 réponses | Par tintin le 1 février 2008 à 13:07 | Vue : 5659 fois |
Question précédente Question suivante
+44

phildu

Citer réponse N°4624 Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, ont été écrits par Moïse entre environ -1450 et - 1407. Les 4 derniers versets du Deutéronome sont peut-être de Josué. Cette partie, appelée le Pentateuque rapporte les événements de la Création jusqu'à la mort de Moïse.

Les 12 livres suivants sont appelés les livres historiques.
Josué. Auteur Josué. Rédaction au XIVe siècle avant J.C. Thème : la conquête de Canaan.
Juges. Auteur inconnu. Rédaction Xle siècle avant J.C. Thème : victoires et défaites dans les générations qui ont succédé à Josué.
Ruth. Auteur inconnu. Rédaction Xle siècle avant J.C. Thème : le rachat. L'histoire de Ruth se passe au temps des Juges.
Les 2 livres de Samuel ont été rédigés au Xe siècle. Les thèmes en sont Samuel, Saül et David.
Les 2 livres des Rois, auteur inconnu, rédaction au Vle siècle, ont pour but de raconter l'histoire de la royauté dans Israël, puis après le schisme, dans les 2 royaumes opposés d'Israël et de Juda.
Les 2 livres des Chroniques, auteur inconnu, rédaction au Ve siècle, complètent l'histoire de la royauté en donnant plus de précisions sur certains épisodes et en sautant d'autres. Ces 4 livres (Rois et Chroniques) forment un tout. Ces livres couvrant une longue période, il est évident que des scribes successifs ont été chargés d'écrire l'histoire du royaume. Le dernier livre se termine avec les derniers rois de Juda et les 3 déportations successives.
Pour ces livres-là, tous les faits historiques qui ont pu être comparés avec l'histoire profane se recoupent exactement. Pour les livres suivants, pratiquement tous les détails ont pu être vérifiés.
Esdras. Auteur Esdras. Rédaction au Ve siècle. Thème : retour de l'exil.
Néhémie, Auteur Néhémie. Rédaction au Ve siècle. Thème : reconstruction des murailles de Jérusalem.
Esther. Auteur anonyme. A parfois été attribué à Mardochée, l'oncle d'Esther. Rédaction au Ve siècle. L'histoire se passe pendant le règne de Xerxès.

Les livres de poésie et de sagesse
Les 5 livres suivants sont regroupés sous ce titre. On pourrait y joindre aussi les Lamentations de Jérémie, dont le style est prenant. (Bien d'autres livres contiennent aussi des passages poétiques).
Job. Auteur inconnu, mais peut-être Job lui-même. Date de rédaction inconnue, mais selon les détails de l'histoire, celle-ci se passe au temps des patriarches. Thème : le problème de la souffrance.
Les Psaumes. 150 psaumes écrits par divers auteurs, la majorité étant de David. Rédaction à partir du Xe siècle. Thème : la louange.
Les Proverbes. Auteurs : Salomon, Agur et Lemuel. Rédaction Xe siècle. Thème : la sagesse.
L'Ecclésiaste. Auteur : Salomon. Rédaction au Xe siècle. Thème : les raisonnements humains.
Le Cantique des Cantiques. auteur Salomon. Rédaction au Xe siècle. Thème : l'amour.

Les livres prophétiques.
Le titre du livre indique le nom de l'auteur. On peut diviser ces livres en 3 groupes :
1). les prophètes antérieurs à l'exil : Esaïe, Jérémie, Osée, Joël, Amos, Jonas, Michée, Nahum, Habakuk et Sophonie
2) les prophètes de l'exil : Ezéchiel, Daniel et Abdias
3) les prophètes postérieurs à l'exil : Aggée, Zacharie, Malachie

Ouvrir le lien
Le 1 février 2008 à 13:11 par phildu

tintin

Citer réponse N°4625 et comment ces gens on eu l'autorité d'écrire la bible,pourquoi ce n'est pas donné à tout le monde(tout ce qui veut y ajouter ou y écrire quelque chose)?
Le 1 février 2008 à 13:18 par tintin

phildu

Citer réponse N°4627 Les textes les plus vieux de l’Ancien Testament en Hébreu, sont ceux trouvés à Qumran et qui ne datent que d’un ou deux siècles avant Jésus Christ. La version la plus ancienne avant cela est une traduction en Grec d’approximativement la même période. Le premier texte complet en Hébreu ne date que du Xe siècle de l’ère chrétienne! Cela signifie que la version en Hébreu est apparue juste avant la période où les récits du Graal ont fait leur apparition. Il y a quelque chose qui cloche dans le tableau!.

Les analyses textuelles font généralement remonter à 1.000 ans av. J.C. une toute petite partie de la Bible, et à environ 600 av. J.C. tout le restant. La Bible telle que nous la connaissons est le résultat de nombreuses modifications apportées au cours des siècles, et contient de si nombreuses contradictions que nous n’avons pas la place ici pour en dresser la liste! Il y a des bibliothèques entières de livres consacrés à ce sujet et je recommande au lecteur d’y jeter un coup d’œil afin de pouvoir juger en connaissance de cause des choses que je vais dire.

En général les érudits “bibliques” donnent pour Abraham les dates de plus ou moins 1800 - 1700 av. J.C. Ces mêmes érudits situent Moïse vers 1300 ou 1250 av. J.C. Mais, si nous suivons le fil des générations telles qu’elles sont indiquées dans la Bible, nous découvrons qu’il y a seulement sept générations entre et y compris ces deux figures patriarcales! Quatre cents ans, c’est un peu long pour sept générations. Si l’on considère qu’une génération équivaut à 35-40 ans, Abraham se situe à environ 1550 av. J.C. et Moïse à environ 1300 av. J.C. Si nous remontons jusqu’à Noé, en nous basant sur la liste des générations telle que donnée par la Bible, nous arrivons à environ 2000-1900 av. J.C. – à peu près l’époque de l’arrivée des Indo-Européens au Proche-Orient. Une fois encore, quelque chose cloche dans le tableau!.

Se baser sur la Bible en tant que source historique présente bon nombre de problèmes sérieux, tout particulièrement quand nous prenons en considération le facteur “mythisation”. Le texte contient de nombreuses contradictions qui ne peuvent être réconciliées, même pas par les contorsions mentales standard des théologiens. A certains endroits, les événements sont décrits dans un certain ordre, et plus loin la Bible dit qu’ils se sont déroulés dans un ordre différent. A certains endroits la Bible dit qu’il y a deux de “quelque chose” et plus loin elle dit qu’il y en a quatorze. Sur une page, la Bible dit que les Moabites ont fait quelque chose, et quelques pages plus loin les Madianites ont fait exactement la même chose. Il y a même un passage décrivant Moïse se rendant au Tabernacle, avant même que Moïse ait bâti ce Tabernacle! (à mon avis, Moïse était capable de voyager dans le temps!).

Dans le Pentateuque, d’autres problèmes se posent: cet ouvrage contient des choses dont Moïse ne pouvait pas avoir connaissance s’il a vécu à l’époque où la Bible prétend qu’il a vécu! Et en un passage Moïse dit quelque chose qu’il ne peut pas avoir dit: le texte donne la description de la mort de Moïse, chose dont Moïse lui-même est peu susceptible d’avoir été capable... Le texte dit aussi que Moïse était l’homme le plus humble de la Terre! Eh bien, ainsi que l’a si bien souligné un commentateur, il est très peu probable que l’homme le plus humble de la Terre se désigne lui-même comme l’homme le plus humble de la Terre!

C’est l’Inquisition qui a “pris soin” de ces problèmes pendant les deux derniers millénaires, comme elle a “pris soin” aussi des Cathares et de tous ceux qui ne “marchent pas droit”.

Pour les Juifs, les contradictions n’étaient pas des contradictions: elles n’étaient que “d’apparentes contradictions”! Elles pouvaient toutes être expliquées par des “interprétations” (je dois ajouter qu’en général, ces interprétations étaient plus fantastiques encore que les contradictions elles-mêmes). Moïse avait eu connaissance de choses qu’il ne pouvait avoir connues, mais c’était un prophète! Les commentateurs bibliques du Moyen-Age, comme par exemple Rashi et Nachmanidès, ont été TRES habiles à réconcilier l’irréconciliable!

Au XIe siècle, un véritable empêcheur de tourner en rond, Isaac ibn Yashush, médecin juif au service de la Cour de l’Espagne musulmane, mentionne le fait troublant qu’une liste des rois Edomites, donnée au 36e chapitre de la Genèse, donne le nom de quelques rois qui ont vécu longtemps après la mort de Moïse. Ibn Yashush suggère l’évidence, c’est-à-dire que la liste a été dressée par quelqu’un ayant vécu après Moïse. Résultat : on lui a donné le sobriquet d’ "Isaac le Gaffeur".

Celui qui a immortalisé l’intelligent Isaac de cette façon peu obligeante est un certain Abraham ibn Ezra, un rabbin vivant en Espagne au XIIe siècle. Mais Ibn Ezra nous met devant un paradoxe, car lui aussi a remarqué qu’il y avait des problèmes dans les textes de la Torah. Il fait allusion à plusieurs passages qui paraissent ne pas être de la main de Moïse parce qu’ils se réfèrent à Moïse à la troisième personne, utilisent des termes que Moïse ne peut avoir connus, décrivent des endroits où Moïse ne peut avoir mis le pied, et utilisent une langue appartenant à une autre époque et à un autre milieu que celui dans lequel a vécu Moïse. Il écrit, très mystérieusement: "Et si vous comprenez, alors vous reconnaîtrez la vérité Et celui qui comprend gardera le silence."

Alors pourquoi a-t-il qualifié Ibn Yashush de "Gaffeur?". Manifestement parce que ce garçon n’avait pu s’empêcher d’ouvrir sa grande bouche et de dévoiler que la Torah n’était pas ce qu’on essayait de faire croire, et qu’alors, des tas de gens qui “étaient” entièrement plongés dans le mysticisme juif perdraient tout intérêt à la chose. Et garder vivace l’intérêt des étudiants et aspirants au pouvoir était vraiment un gros “business” à cette époque. En outre, tout le mythe chrétien était basé sur la validité du Judaïsme, (puisqu’il était la “Nouvelle Alliance”), et même s’il y avait un conflit apparent entre Juifs et Chrétiens, les Chrétiens avaient désespérément besoin de valider le Judaïsme et sa prétention à être la révélation au “peuple élu” du Seul Vrai Dieu. Après tout, c’est sur cette base que Jésus était le Fils de Dieu!

Au XIVe siècle, un étudiant du nom de Bonfils, vivant à Damas, écrivit un ouvrage dans lequel il disait: "Et ceci est la preuve que ce verset a été écrit plus tardivement dans la Torah et que ce n’est pas Moïse qui l’a écrite. Il ne niait même pas le caractère de “révélation” de la Torah, il faisait simplement un commentaire raisonnable. Trois cents ans plus tard, son ouvrage fut réimprimé .... sans son commentaire!

Au XVe siècle, Tostatus, Evêque d’Avila souligna également que les passages décrivant la mort de Moïse ne pouvaient avoir été écrits par Moïse. S’efforçant d’adoucir le coup, il ajouta qu’il existait une “vieille tradition” selon laquelle c’est Josué, le successeur Moïse, qui avait écrit ce passage. Cent années plus tard, Luther Carlstadt fit le commentaire que cela était difficile à croire, car le compte rendu de la mort de Moïse était écrit dans le même style que le texte qui précède ce compte rendu.

Il est vrai que les choses ont commencé à être examinées de manière plus critique à l’arrivée du protestantisme sur la scène du monde, et avec une demande accrue pour le texte original. L’Inquisition et ses inséparables “Majestés Catholiques” tentèrent, mais sans succès, de le garder dans leurs griffes. Mais c’est parfois drôle, ce que la foi peut faire. Dans le cas qui nous occupe, grâce à la montée de l’alphabétisation et à de nouvelles et meilleures traductions des textes, “l’examen critique” aboutit à la décision que le problème pouvait être résolu si l’on clamait haut et fort que c’était bien Moïse qui avait écrit la Torah, mais que, oui, occasionnellement, certains éditeurs avaient ajouté çà et là un mot, une phrase de leur cru!Ce qui est vraiment amusant, c’est que l’un de ceux qui avaient mis cette idée sur le tapis, qui voulait à tout prix conserver le statut de textus receptus de la Bible, a été mis à l’Index par l’Eglise catholique elle-même. Ses travaux furent mis sur la liste des “livres interdits!. " On peut dire que ces gens n’ont pas arrêté pas de se tirer dans le pied!

Enfin, après des centaines d’années passées à marcher sur la pointe des pieds autour de ce problème délicat, certains exégètes ont affirmé que la plus grande partie du Pentateuque n’avait pas été écrite par Moïse. Le premier à le clamer fut Thomas Hobbes. Il fit remarquer que le texte déclare parfois que ceci ou cela est ainsi à ce jour. Le problème est qu’un auteur décrivant une situation ayant duré très longtemps ne la situerait pas “à ce jour”.

Isaac de la Peyrere, un Calviniste français, note que le premier verset du Deutéronome dit: "Ce sont les paroles dites par Moïse aux enfants d’Israël de l’autre côté du Jourdain”. Le problème est que ces paroles se référaient à des personnes se trouvant de l’autre côté du Jourdain par rapport à l’auteur. Cela signifie que ces paroles devaient avoir été prononcées par quelqu’un qui se trouvait à l’OUEST du Jourdain quand il écrivait, quelqu’un qui explique ce que Moïse a dit aux enfants d’Israël qui se trouvent à l’EST du Jourdain. Le problème se corse quand on sait que Moïse n’a jamais mis le pied en Israël!

L’ouvrage de La Peyrere fut banni et brûlé. Il fut lui-même arrêté et informé qu’il ne serait relâché qu’à condition de se convertir au catholicisme et de se rétracter. Apparemment, il savait que le silence est d’or. Considérant le nombré élevé de fois que cela s’est produit, nous pouvons nous interroger sur la “sainteté” d’un texte conservé à coups de menaces, de tortures et de bains de sang.

Un peu plus tard, Baruch Spinoza, le célèbre philosophe, publia une analyse critique qui fit du bruit, c’est le moins que l’on puisse dire. Il affirmait que les passages problématiques de la Bible n’étaient pas des cas isolés qui pouvaient être escamotés un par un en les faisant passer pour des “insertions par des éditeurs”, mais qu’il s’agissait à l’évidence “d’infiltrations” par une tierce partie. Il fit également remarquer que dans le chapitre 34-10 du Deutéronome il est dit: "Il ne s'est plus levé en Israël de prophète pareil à Moïse, lui que Yahvé connaissait face à face....." Spinoza suggéra, à juste titre, que cela devaient être les paroles d’une personne ayant vécu longtemps après Moïse et qui avait eu l’occasion de faire des comparaisons. Un commentateur remarque aussi que ce ne sont pas les mots “du plus humble des hommes sur la Terre!" [2]

Spinoza vivait vraiment dangereusement, car il écrivit: “ […]Il est plus apparent que le Soleil en plein midi que le Pentateuque n’a pas été écrit par Moïse, mais bien par quelqu’un qui a vécu bien longtemps après Moïse.” [3] Spinoza avait déjà été exclu du Judaïsme, mais à présent il se trouvait en position précaire vis-à-vis des Catholiques et des Protestants! Naturellement, son livre fut mis à l’Index, et un tas d’édits furent lancés contre son ouvrage. Il y eut même une tentative d’assassinat contre Spinoza!

Richard Simon, un protestant converti et devenu prêtre catholique, entreprit de réfuter Spinoza et écrivit un livre dans lequel il affirma que le Pentateuque était fondamentalement de la main de Moïse, mais qu’il y avait eu “quelques ajouts”. Mais ces ajouts avaient été inspirés par Dieu ou l’Esprit Saint, de sorte que ceux qui les avaient faits avaient bien fait de rassembler, réarranger et élaborer. Dieu avait toujours les choses en main, donc.

On pourrait croire que l’Eglise était à même de reconnaître ses défenseurs. Eh bien, non, pas du tout! Simon fut attaqué et expulsé de son Ordre par ses petits camarades catholiques. Quarante réfutations de son ouvrage furent écrites par des protestants. Six exemplaires seulement survécurent aux autodafés. L’un de ces exemplaires tomba dans les mains d’un certain John Hampden qui le traduisit et se retrouva de ce fait, lui aussi, en terrain brûlant. Il "répudia publiquement les opinions qu’il avait eues en commun avec Simon [...] en 1688, probablement juste avant sa relaxe de la Tour." [4]

Au XVIIIe siècle, trois exégètes indépendants se préoccupèrent du problème des "doublets," ou histoires qui sont racontées deux fois ou davantage dans la Bible. Il y a deux récits différents de la création du monde. Il y a deux récits différents de l’Alliance de Dieu avec Abraham. Il y a deux récits différents de l’attribution du nom d’Isaac par Abraham à son fils. Deux histoires d’Abraham assurant à un roi étranger que son épouse est sa sœur; deux histoires racontant le voyage en Mésopotamie de Jacob, fils d’Isaac, deux histoires d’une révélation faite à Jacob à Beth-El; deux histoires racontant que Dieu a changé le nom de Jacob en celui d’Israël; deux histoires racontant que Moïse avait fait jaillir de l’eau d’un rocher à Méribah, etc., etc.

Ceux qui ne voulaient pas revenir sur leur a priori selon lequel le Pentateuque avait été écrit par Moïse, prétendirent que ces doublets étaient toujours complémentaires et non pas répétitifs ou contradictoires. Ils ont dû parfois aller chercher leurs idées vraiment loin pour pouvoir prétendre que ces doublets étaient destinés à “nous enseigner quelque chose” et qu’ils n’étaient “pas vraiment des contradictions”.

Mais cette explication ne tient pas la route: dans la plupart des cas, l’une des versions du doublet fait référence à la divinité en l’appelant du nom divin de Yahvé, et l’autre version y fait référence en la nommant simplement “Dieu” ou “El”. C’est donc qu’il y a eu deux groupes de versions parallèles des mêmes récits, et que chacun des groupes a presque toujours été conséquent avec lui-même dans sa façon de nommer la divinité. Il n’y a pas que cela: d’autres termes et traits particuliers apparaissent régulièrement dans l’une ou l’autre version, ce qui démonte que quelqu’un s’est inspiré de deux sources différentes de documents anciens, a “copié/collé” des passages et tenté d’en faire un récit «cohérent »

Bien sûr, on a pensé d’abord que l’une des deux sources avait été utilisée par Moïse pour le récit de la création, et que le reste avait été écrit de sa propre main! Mais par la suite, la conclusion a été que les deux sources devaient provenir d’auteurs ayant vécu APRES Moïse. Moïse a graduellement été éliminé en tant qu’auteur du Pentateuque!

L’idée de Simon, selon laquelle des scribes avaient rassemblé, arrangé et élaboré sur base du textus receptus n’était donc pas mauvaise.

Je voudrais faire remarquer ici que cela ne s’est pas produit parce que quelqu’un s’est soudainement écrié: ”Jetons la Bible aux orties!”. Non. Cela s’est produit parce qu’il y avait des problèmes qui crevaient les yeux et que tous les chercheurs ayant travaillé sur ce document au fil des siècles ont lutté de toutes leurs forces pour conserver à la Bible son statut de textus receptus! La seule exception, que j’ai signalée d’ailleurs, dans toute la chaîne des événements, est notre curieux Abraham ibn Ezra, qui ETAIT AU COURANT des problèmes des textes de la Torah au XIIe siècle, et qui a enjoint le silence à tous les autres! Vous souvenez-vous de ce qu’il a dit? " Et si vous comprenez, alors vous reconnaîtrez la vérité Et celui qui comprend gardera le silence." Et quel a été le résultat de ce silence? Plus de huit cents années de croisades, d’Inquisition, de répression générale, et de nos jours les guerres entre Israéliens et Palestiniens sous le prétexte qu’Israël est la Terre Promise et qu’elle “appartient” aux Juifs. Ce qui nous mène à un autre événement extrêmement effarant.

Le grand érudit juif Rashi de Troyes, (1040-1105), a déclaré très carrément que le récit de la Genèse qui remonte à la création du monde, a été écrit pour justifier ce que nous appellerions actuellement un génocide. Le Dieu d’Israël qui a donné la Terre Promise à son peuple devait être, sans équivoque, suprême, de manière à ce que ni les Cananéens dépossédés, ni personne d’autre ne pourrait jamais faire appel de ses décrets. [5] Rashi écrit précisément que Dieu nous a fait le récit de la création et l’a inclus la Torah "pour dire à ceux de son peuple qu’ils pouvaient donner une réponse à ceux qui prétendaient que les Juifs avaient volé le pays à ses habitants d’origine. Et cette réponse devait être: Dieu l’a fait et le leur a donné, mais ensuite il le leur a repris pour nous le donner à nous. Puisqu’il l’a fait, il lui appartient, et il peut le donner à qui il choisit de le donner".

Et nous voici devant un autre point intéressant: l’avènement d’ “un seul dieu” ayant pré-éminence sur tous les autres est un acte de violence, quel que soit l’aspect sous lequel on considère la chose. Dans The Curse of Cain, Regina Schwartz parle de la relation entre monothéisme et violence, posant en principe que le monothéisme lui-même est la racine de la violence:

L’identité collective, qui résulte d’une convention du monothéisme, est explicitement décrite dans la Bible comme une invention, une rupture radicale avec la Nature. Un dieu transcendant s’immisce dans l’Histoire et exige du peuple qu’IL constitue, qu’il obéisse à la loi qu’IL institue, et l’article premier et principal de cette loi est, bien sûr, que (le peuple) lui promette allégeance à Lui et à Lui seul, car c’est cela qui fera de ces hommes un peuple uni, à l’inverse des “autres”, et cela mène à la violence. Dans l’Ancien Testament, un tas d’ “autres” peuples sont éliminés, tandis que dans le Nouveau Testament des populations innombrables sont colonisées et converties dans le cadre de tels pactes. [6]

Schwartz émet également l’idée qu’un pacte de ce type est “temporaire”: il est soumis à des conditions. "Croyez en moi et obéissez-moi, sans quoi je vous détruirai”. On dirait qu’il n’y a pas le choix, n’est-ce pas? Et c’est ainsi que l’on se trouve purement et simplement devant une Théophanie nazie. Et non seulement cela, mais nous nous approchons de la source de l’idée d’un temps linéaire. Pour en revenir à notre chaîne d’événements: au XIXe siècle, des spécialistes des textes bibliques ont émis l’hypothèse que dans le Pentateuque il n’y avait probablement pas deux sources majeures mais bien quatre. Ils réalisèrent que les quatre premiers livres ne contenaient pas seulement des doublets, mais aussi des triplets convergents pour certains éléments, divergents pour d’autres, ce qui faisait penser qu’il y avait une source différente. Puis ils réalisèrent que le Deutéronome était tout compte fait encore une autre source. Et encore, qu’il n’y avait pas seulement le problème des documents-source originaux mais encore celui du “mystérieux correcteur”.

Et donc, après des années de souffrances, de bains de sang, et même de mises à mort, l’on réalisa que quelqu’un avait “créé” la Bible en assemblant quatre documents-source différents pour en faire une seule histoire “continue”.

Après de longues analyses, il fut conclu que la plupart des lois et récits contenus dans le Pentateuque ne dataient même pas du temps de Moïse. Et cela signifiait qu’il n’avait pas pu être écrit du tout par Moïse. En outre, l’écriture des différentes sources ne pouvait être le fait de personnes ayant vécu au temps des rois et prophètes, mais était le produit d’auteurs ayant vécu vers la fin de la période biblique!

De nombreux exégètes ne purent supporter les résultats de leurs propres travaux. Un exégète allemand, qui avait identifié la source du Deutéronome s’était exclamé qu’une telle vue "accrochait les débuts de l’Histoire des Hébreux non pas aux grandes créations de Moïse, mais bien à du rien venu de nulle part”. D’autres exégètes réalisèrent que cela signifiait que l’image de l’Israël biblique en tant que nation régie par des lois basées sur des alliances abrahamiques et mosaïques était complètement fausse. Je suppose que le fait de réaliser cela a dû provoquer l’un ou l’autre suicide; il est certain que cette conclusion a provoqué bien des désertions individuelles.

Une autre façon de présenter leurs conclusions est que la Bible se réclamait, pour les 600 premières années d’Israël, d’une Histoire qui n’avait probablement jamais existé. Tout cela n’était que mensonge. [7]

Eh bien, ils n’ont pas été capables de supporter cela. Après avoir été obligés pendant des années à croire en une proche “Fin des Temps”, avec Jéhovah ou le Christ comme sauveur des Justes pendant ces terribles événements, l’horreur de leur condition, l’idée qu’il n’y aurait peut-être pas de “sauveur”” était trop dure à supporter. C’est alors qu’accourut la cavalerie à la rescousse: Wellhausen (1844-1918).

Wellhausen fit la synthèse de toutes les découvertes de manière à préserver les systèmes de croyance des religieux érudits. Il amalgama l’idée que la religion d’Israël s’était développée en trois étapes, avec l’idée que les documents avaient aussi été écrits en trois étapes, puis il définit ces étapes sur la base du contenu de chacune de ces “étapes”. Il se mit à la recherche des caractéristiques de chaque étape, examinant la manière dont les différents documents décrivaient la religion, le clergé, les sacrifices et les lieux de culte, ainsi que les fêtes religieuses. Il examina les chapitres relatifs aux lois et les chapitres narratifs, ainsi que les autres livres constituant la Bible. Le résultat fut qu’il livra un “cadre crédible” au développement de l’Histoire et de la religion des Juifs. La première étape concernait la période "nature/fertilité"; la deuxième étape concernait la période “spirituelle/éthique”; et la dernière concernait la période « de la prêtrise/des lois ».

Comme le note Friedman: “A ce jour, si vous n’êtes pas d’accord, c’est avec Wellhausen que vous n’êtes pas d’accord. Si vous voulez imposer un nouveau modèle, il vous faut comparer ses mérites avec ceux du modèle de Wellhausen.”

Je dois dire aussi que, même si Wellhausen a tenté de tirer les marrons du feu au bénéfice du christianisme, il n’a pas été apprécié de son temps. Un professeur d’Ancien Testament, William Robertson Smith, qui enseignait au Free Church of Scotland College d’Aberdeen, l’éditeur de l’Encyclopedia Britannica, dut comparaître devant l’Eglise sous l’inculpation d’hérésie, pour avoir répandu les idées de Wellhausen. Il fut innocenté, mais l’étiquette de “mauvais évêque” lui resta collée jusqu’à la fin de sa vie.

Néanmoins, l’exégèse de la Bible s’est poursuivie. Le Livre d’Isaïe est traditionnellement attribué au prophète Isaïe qui a vécu au VIIIe siècle av. J.C. Il se fait que le première moitié du livre est conforme à ce modèle. Mais les chapitres 40 à 66 ont apparemment été écrits par quelqu’un qui a vécu environ deux cents ans plus tard! Cela signifie, prophétiquement parlant, qu’ils ont été écrits après les faits.

De nouveaux outils et méthodes modernes ont permis de faire un vraiment bon travail dans le domaine de l’analyse linguistique et de la chronologie du matériel disponible. En outre, il s’est produit une véritable frénésie archéologique depuis Wellhausen! Ce travail archéologique a produit une énorme quantité d’informations sur l’Egypte, la Mésopotamie et d’autres régions jouxtant Israël. Ces informations sont venues jusqu’à nous sous la forme de tablettes d’argiles, d’inscriptions sur les murs de tombeaux, de temples et d’habitations, et même sur des papyrus.

Ici, un autre problème se pose: dans toutes les sources rassemblées, tant de l’Egypte que de l’Asie occidentale, il n’y a pratiquement AUCUNE référence à Israël, à son “peuple fameux”, à ses fondateurs, à ses associés bibliques, etc. avant le douzième siècle av. J.C. Et en fait, pendant 400 ans après cette période, on ne trouve pas plus d’une douzaine d’allusions. Et leur contexte pose problème. Malgré cela, les juifs orthodoxes fondamentalistes s’accrochent à ces lambeaux de références comme des noyés à des fétus de paille. Bizarrement, les chrétiens fondamentalistes se sont tout simplement fermés à toute l’affaire en recourant au simple expédient de l’obéissance à un onzième commandement: “Tu ne poseras pas de questions!”.

Le problème de l’absence de validation extérieure de l’existence d’Israël en tant que nation souveraine dans la région de la Palestine trouve une correspondance dans la Bible elle-même.La Bible ne fait état d’absolument aucune connaissancede l’Egypte ou du Levant pendant le deuxième millénaire av. J.C. La Bible ne dit rien de l’empire égyptien qui s’étend sur tout l’est de la Méditerranée, (alors que c’était le cas); elle ne mentionne pas les grandes armées égyptiennes en marche(alors qu’elles étaient bien là); et elle ne dit rien des Hittites marchant à la rencontre des Egyptiens (ce qu’ils ont fait); et en particulier, elle ne dit rien des roitelets égyptianisés qui régnaient sur les cités canaanéennes (alors que c’était le cas).

La grande et désastreuse invasion des Peuples de la Mer au cours du second millénaire av. J.C. n’est même pas mentionnée dans la Bible. En fait, la Genèse décrit les Philistins comme déjà établis dans le pays de Canaan au temps d’Abraham!

Les noms des grands rois égyptiens sont complètement absents de la Bible. A certains endroits, des figures historiques qui n’étaient pas héroïques ont été transformées par la Bible en héros, comme c’est le cas pour le Hyksos Sheshy (Num. 13:22). Autre part, le sobriquet de Ramsès II est donné à un général cananéen par erreur. Le pharaon Shabtaka devient, dans la Table des Nations de la Genèse (10:7) une tribu nubienne!

Les erreurs en ce qui concerne l’Histoire et l’archéologie confirmées s’empilent vertigineusement à mesure que l’on s’informe des époques et endroits réels, de sorte que, de plus en plus, il nous vient à l’esprit que ceux qui ont écrit la Bible doivent avoir vécu aux septième et sixième siècles av. J.C., ou plus tard, et en savaient très peu sur les événements qui s’étaient produits seulement quelques générations avant eux! Donald B. Redford, Professeur d’études proche-orientales à l’Université de Toronto, a publié de nombreux ouvrages sur l’archéologie et l’égyptologie. En ce qui concerne l’utilisation de la Bible en tant que source historique, il écrit:

Car l’approche érudite standard de l’Histoire d’Israël au cours de la Monarchie Unie revient à rien moins qu’une mauvaise crise de “vœux pieux”. Nous avons ces glorieux narratifs dans les livres de Samuel et le Livre 1 des Rois, si bien écrits et si ostensiblement factuels. Comme il est dommage que la critique historique rigoureuse nous oblige à les rejeter et à ne pas les utiliser. Poussons-les donc à servir– qu’avons-nous d’autre? – et que la charge de la preuve retombe sur d’autres épaules. [8] […]
Alors qu’il serait peu sage d’imputer des motifs crypto-fondamentalistes, la mode actuelle qui consiste à prendre les sources pour argent comptant, comme des documents écrits en grande partie à la Cour de Salomon, naît d’un désir peu opportun de réhabiliter la foi et de la renforcer avec n’importe quel argument, aussi fallacieux soit-il.[…]
Une telle ignorance est étonnante si l’on se laisse impressionner par les prétentions traditionnelles à l’infaillibilité du christianisme conservateur par rapport à la Bible. Et en effet, le Pentateuque et les livres historiques présentent audacieusement une chronologie précise qui reporterait les récits bibliques à la période même où l’ignorance et les contradictions se montrent les plus embarrassantes. […]
Une telle manipulation de l’évidence sent la prestidigitation et la numérologie à plein nez; et cependant, elle a fourni les soubassements branlants sur lesquels un déplorable nombre d’ “Histoires” d’Israël ont été écrites. La plupart sont caractérisées par une sorte de naïve acceptation globale des sources, doublée d’une incapacité à évaluer l’évidence quant à son origine et à sa fiabilité. Le résultat en a été une réduction de toutes les données à un niveau commun, le tout ayant apporté de l’eau à grand nombre de moulins.
Les exégètes ont consacré des efforts appréciables à tenter de répondre à des questions dont ils n’ont pas pu prouver qu’elles étaient valables en aucune manière. Sous quelle dynastie Joseph a-t-il accédé au pouvoir? Qui était le Pharaon de l’Oppression? De l’Exode? Pouvons-nous identifier la princesse qui a sauvé Moïse des eaux de la rivière? Par où les Israélites ont-ils opéré leur sortie d’Egypte: via le Ouadi Tumilat ou en passant par un point plus au nord?
L’on peut apprécier la futilité de ces questions si l’on se pose des questions semblables à propos des récits arthuriens sans soumettre le texte à une évaluation critique préalable. Qui étaient les consuls de Rome lorsqu’Arthur parvint à retirer l’épée de la pierre? Où est né Merlin?
Pouvons-nous sérieusement envisager un historien classique se demandant si c’est Iarbas ou Enée qui a été responsable du suicide de Didon, où exactement Rémus a sauté au-dessus du mur, qu’est-ce qui est réellement arrivé à Romulus pendant l’orage etc.?
Dans tous ces cas imaginaires, rien du matériel qui est à l’origine des questions n’a été soumis à l’évaluation préalable de sa réelle historicité! Et tout exégète qui refuse de soumettre à l’évaluation critique quoi que ce soit de ses sources, court le risque d’invalider tout ou partie de ses conclusions.[…]
Trop souvent, le terme "Biblique" dans ce contexte a eu un effet réducteur sur l’érudition en impliquant la validité de l’étude de la culture hébraïque et de l’étude de l’Histoire effectuées séparément. Ce qui est nécessaire, c’est une vue de l’ancien Israël dans son réel contexte Proche-Oriental, une vue qui n’exagère ni ne diminue la vraie place d’Israël dans cet environnement. [9]
En fin de compte, si ceux qui lisent et/ou analysent ce livre et en tirent certaines conclusions se trompent, et qu’ils imposent ensuite cette croyance à des millions de gens, qui sont eux-mêmes poussés à créer une culture et une réalité basées sur ces fausses croyances, et qu’en fin de compte ils ont tort, qu’est-ce qui se passe, au Nom de Dieu?

Le problème de l’utilisation de la Bible comme un manuel d’Histoire, est l’absence de sources secondaires. Il y a une quantité considérable de documents dans des bibliothèques, avant le dixième siècle av. J.C. – de l’eau apportée au moulin des historiens- mais ces sources sont presque complètement silencieuses vers la fin de la 20e dynastie en Egypte. Dès lors, la Bible, à peu près la seule source à prétendre couvrir cette période particulière, devient très attrayante. Peu importe si les pièces archéologiques ne s’adaptent pas tout à fait au puzzle ou ne peuvent s’adapter qu’en faisant un grand nombre d’hypothèses ou en se fermant l’esprit à d’autres possibilités.

Mais, se pourrait-il qu’il y ait une RAISON à ce silence d’autres sources? Voilà une bonne question à propos de "ce qui est."

La personne qui utilise la Bible comme un manuel d’Histoire est forcée d’admettre, quand toute émotion est retirée de l’image, qu’elle ne dispose d’aucun moyen de vérifier la véracité historique des textes bibliques. Comme le dit Donald Redford ci-dessus, les exégètes qui admettent, quand on les presse un peu, que la critique historique rigoureuse nous force à rejeter les narrations bibliques les utilisent tout de même en disant: “qu’avons-nous d’autre?”

Et moi aussi je demande: « pourquoi? »

Nous savons que, par le passé, de nombreux ouvrages écrits sur la Bible considérée comme historique ont été poussés par une motivation fondamentaliste à confirmer la justesse religieuse de la civilisation occidentale.

De nos jours, ce facteur influence moins les études de la Bible Historique. Néanmoins, il existe toujours une tendance à traiter ces sources comme entièrement véridiques, par des gens qui devraient être mieux au fait de la question!

Je pourrais encore approfondir ici, mais je pense que tous ceux qui liront ceci seront d’accord avec moi ou auront une idée de ce que je veux dire, même s’ils ne sont pas d’accord. Mais la question se pose à nouveau: “Qui a écrit la Bible et POURQUOI?”

Revenons à cette curieuse affirmation de Rashi: que le récit de la Genèse a été écrit pour justifier un génocide. Si nous rapprochons cela avec ce qu’ écrit Umberto Eco dans son livre La recherche de la langue parfaite dans la culture européenne ( Paris: Seuil, 1994), c’est-à-dire que la validation de la Bible hébraïque a été soutenue par les premiers exégètes chrétiens pour valider le judaïsme, qui lui était nécessaire pour “valider” le christianisme en tant que “seule vraie religion”, nous commençons à avoir le sentiment étrange que “nous avons été eus”. Parce que cela revient à dire que nous sommes tous des “chrétiens” afin que les “droits” des Juifs, les décrets sans appel de Jehovah/Yahvé, puissent être “hérités” par l’Eglise chrétienne telle qu’elle a été instituée pour des raisons politiques par Constantin! Mais, par le simple acte de validation du judaïsme et de “création” de la chrétienté sous la forme d’une religion égyptienne, le monde occidental, dans sa soif de pouvoir, a semble-t-il attrapé un tigre par la queue.

Au cours de cette même période qui a vu naître le Nouveau Testament (ici aussi par l’incorporation de textes anciens fondés sur des évidences internes mais modifiés et “copiés/collés” sans vergogne), nous voyons le monde occidental disparaître dans l’âge sombre à propos duquel, ici encore, très peu de sources secondaires sont encore disponibles.

Hééééé, mais! N’est-ce point étrange? ! L’Ancien Testament décrit un Age Sombre, bien qu’il ait été écrit plusieurs centaines années après cette période; et le Nouveau Testament décrit un Age Sombre, et il a également été écrit plusieurs centaines d’années après cette période. Et tous deux contiennent probablement certains récits véridiques, et même peut-être certains documents authentiques. Mais en grande partie ils ont subi des modifications, corrections, coupages/collages, embellissements et interpolations, pour les faire entrer dans la perspective d’une certaine “politique”.

Voyons-nous le plan ici? Quelle pourrait en être la raison?

En fin de course, ce que nous observons, c’est la mise en place d’un système draconien, monothéiste, et ce sur tout le globe. C’est de ce puits qu’a été tirée notre société dans pratiquement tous ses aspects. Ce système s’est arrogé le droit d’organiser les plus nombreux bains de sang de l’Histoire. Quelle pourrait-en être la raison?

Savoir qui a écrit la Bible, et quand, est crucial pour tous ceux qui souhaitent être bien armés afin de prendre les bonnes décisions en matière de foi et de croyances, décisions dont peuvent dépendre tous les aspects de leur vie.

Ainsi que nous l’avons découvert, ce qui a commencé comme une recherche de réponses aux passages étrangement contradictoires du Pentateuque a débouché sur l’hypothèse que ce n’est pas Moïse qui les a écrits. Nous avons ensuite découvert que plusieurs sources largement divergentes avaient été combinées en une seule, et que cela s’était produit à diverses époques et de manières diverses. Chacune des sources est clairement identifiable par les caractéristiques du langage adopté et du contenu. De nouvelles découvertes dans le domaine de l’archéologie, et une meilleure vue du monde social et politique de l’époque nous ont énormément aidés à comprendre l’environnement dans lequel ce document a été écrit. Parce qu’en fin de compte, l’histoire de la Bible est en fait celle des Juifs.

Nous avons donc déjà noté que nous avons ici un livre qui est une combinaison de plusieurs sources: J (Yahvé), E(lohim), D(eutéronome), P(rêtrise) et le rédacteur final, qui a combiné le tout et ajouté sa touche personnelle.

Il est supposé, sur base de signes probants, que la version E a été écrite par un prêtre Lévite, partisan de la lignée mosaïque à Shiloh, et que la version J a été écrite par un défenseur de la lignée aaronique et de la Maison royale de David, à Jérusalem. La conclusion est que ces versions sont issues de sources orales de mythes et légendes, parsemées çà et là de faits historiques, après la séparation supposée des deux royaumes, et recombinées après la conquête syrienne, sous le règne du roi Ezéchias. Cependant, il est très probable qu’il n’y a jamais eu de royaume uni d’Israël en Palestine, mais que ces histoires à propos d’un grand royaume sont en fait des souvenirs tribaux de quelque chose de tout à fait différent. De quoi s’est-il agi? Nous espérons pouvoir l’élucider. L’auteur de la version J est supposé avoir vécu entre 848 et 722 av. J.C., et l’auteur de la version E entre 922 et 722 av. J.C. Il se fait donc que la version E est probablement le document le plus ancien et J doit représenter soit une autre perspective, soit être le résultat de modifications.

Dans la Bible, l’histoire de l’unification des tribus d’Israël sous le règne de David, suivie du grand règne de Salomon, suivi d’un schisme au cours du règne du fils de Salomon: Réhoboam, est le thème central. “L’espoir d’ Israël" est basé sur l’idée de la réunification du royaume de Juda et Israël sous l’autorité d’un roi davidique. Et bien sûr, tout ceci est basé sur le don du pays aux Enfants d’Israël, promis quand ils ont été “menés hors d’Egypte” par la main de Dieu, pendant l’Exode pour commencer.

Moïse représente le chef inspiré par Dieu, qui révèle à la nation le Dieu des patriarches en tant que “Divinité Universelle”. Est-ce que le témoignage par les fouilles soutient l’Exode de part et d’autre de l’histoire?

Le récit de l’Exode explique comment une nation en esclavage devient grande dans l’ exil et, avec l’aide du Dieu Universel, réclame sa liberté à ce qui était alors la plus grande nation de la Terre.

Images puissantes, n’est-ce pas? Oui, en vérité; et cette histoire de libération est tellement importante que quatre cinquièmes des Ecritures principales d’Israël y sont consacrés.

Mais le fait est que deux cents ans d’excavations intensives et d’étude assidue des vestiges de l’Egypte ancienne et de la Palestine n’ont rien révélé qui puisse venir à l’appui du récit de l’Exode dans le contexte où il est présenté. [10]

Ouvrir le lien
Le 1 février 2008 à 13:27 par phildu

Darky

Citer réponse N°4761 phildu détient la plus longue réponse de Twikeo ! je suis même pas sûr qu'il l'ai lu !

Le 2 février 2008 à 00:18 par Darky

Jack Daniels

Citer réponse N°64346 non obligé qu'il est juste copié coller sans cier la source...
Le 3 mars 2009 à 20:54 par Jack Daniels

Vous n'avez pas obtenu de réponses à la question Qui sont les auteurs de la bible?

auteur de la Bible, qui sont les auteurs de la bible, qui est l'auteur de la bible, auteurs bible, l'auteur de la bible , bible auteurs, la bible auteur, auteurs bibliques, les auteur de la bible, redacteurs de la bible,

Signaler un abus

Recherche personnalisée

Rejoignez Twikeo rapidement












Découvrez d'autres questions

Gentil Dieu Pleurer Etre PLUS Pourquoi Ou Blague Film Peur Grand Question Mourir Voyage Pour Plaire Salaire Fruit Histoire Rire

Catégories